HAPPY FAMILY
2 novembre 2019

Je vis le fameux FUCKING FOUR ou la crise des 4 ans

Petit focus famille aujourd’hui. J’avais envie de vous parler de la crise des 4 ans de mon babyboy puisqu’il est en plein dedans en ce moment.

C’est une période qui est aussi bien nommée en anglais “Fucking four” et qui ressemble à la crise des 2 ans qu’il a déjà vécu avec quelques différences.

Je vis le fameux FUCKING FOUR ou la crise des 4 ans

C’est quoi la crise des 4 ans ?

C’est une période qui se manifeste dans le développement de l’enfant comme une sorte de crise d’adolescence, elle se caractérise par ces manifestations :

– des cris et des bouderies

– des paroles blessantes

– des argumentations, de la négociation

– des pleurs

– des coups

Bref, rien de très anormal à cet âge mais une certaine remise en question de l’autorité parentale pas si facile à vivre que ça pour les parents quand même.

Alors comment s’en sortir ? 

J’ai été très surprise par l’étendue du langage de mon fils à 4 ans. Il s’exprime beaucoup mieux ce qui lui permet maintenant de me répondre du tac au tac ! Par exemple : “T’es plus ma copine !”.

Il faut bien comprendre qu’à 3 ans et 4 ans, un enfant a toujours besoin d’aide pour apprendre à s’affirmer, à suivre les règles et à gérer ses émotions.

Comment les aider à passer le cap de cette période ?

1. Maintenir ses limites. Elles sont installés à 2 ans, 3 ans, il faut poursuivre sur la même voie.

2. Valoriser l’enfant. C’est savoir lui dire quand il fait quelque chose de bien que c’est super par exemple. De cette manière, vous préservez leur estime de soi.

3. Responsabiliser l’enfant et donner lui le choix des choses, il aura le sentiment d’avoir un peu de pouvoir. À 4 ans, les enfants ont besoin de faire comme les grands. Pour augmenter ce sentiment, vous pouvez leur donner des responsabilités qu’ils seront capables de réaliser.

4. Si votre enfant ne vous écoute pas, observez-le de loin et laissez passer la crise sans intervenir, sauf pour assurer sa sécurité. 

5. Si vous êtes dans un lieu public, ne vous souciez pas de ce que pensent les gens autour de vous. Les gens auront toujours leur avis et il sera souvent différent du vôtre. 

6. Gardez votre calme pendant la crise (ce n’est pas toujours facile, j’en suis la première consciente), car vous emporter contre votre enfant ne fera qu’aggraver les choses. Ainsi, si vous haussez le ton, il criera plus fort, sans compter que vous risquez aussi de l’effrayer. 

Enfin, il faut garder à l’esprit que chaque crise de développement est essentielle pour construire la personnalité de l’enfant. Dites-vous que tout le monde ou presque est passé par là et que ce n’est qu’une étape qui finira par passer.. 

Et vous, connaissez-vous cette étape comportementale chez l’enfant ?

L’avez-vous vécu ?

Vous aimerez peut-être aussi...

1 commentaire

  • Reply Lolli 3 novembre 2019 at 12 h 21 min

    Eh ben, ça a l’air sympa cette crise. Je n’ai pas d’enfants mais je compatis à ce que tu vis. Ne lâches rien, bon courage. 🙂

  • Laisser un commentaire

    Back to top