VIE PROFESSIONELLE
16 novembre 2017

Les tribulations de la vie de stagiaire

la vie de stagiaire : mon retour d'expérience

Il y a deux ans, on a beaucoup parlé de réformer le statut du stagiaire dans la presse. Et j’en étais ravie ! Pourquoi ? Parce que des stages, j’en ai fait quelques uns afin de valider ma dernière année d’études et également pour étoffer mon CV.

Et tous mes stages ne se valaient pas, loin de là. Je ne parle pas du travail puisque je considère que toutes les taches que j’ai effectuées ont été enrichissantes, elles m’ont permis de développer des compétences et d’accumuler du savoir-faire et un savoir-être.

Néanmoins, certaines entreprises ne respectent pas certaines règles de base : la signature de la convention de stage. Les entreprises peuvent également prendre le temps de la signer et se donner 1 voire 2 semaines pour vous évaluer (#pascorrect) …

la vie de stagiaire : mon retour d'expérience

Alors, le quotidien d’une stagiaire dans une agence de communication, ça donne quoi ?

  • La rémunération :

Un stage dans un même organisme d’accueil de plus de 2 mois, consécutifs ou non, au cours de la même année scolaire ou universitaire, doit être obligatoirement rémunéré. À contrario, la gratification est facultative pour l’employeur si le stage dure moins de 2 mois.

J’ai envie de vous faire partager mon expérience au sein d’un grand groupe de communication dans lequel j’ai effectué un stage de 6 mois lors de mon stage de fin d’études (Master 2ème année). Je crois que c’est le stage qui m’a donné envie de continuer dans la communication mais qui m’a dégoûté aussi de ce milieu. C’est paradoxal, vous me direz.

  • Le cadre :

Choisissez bien votre stage, surtout si votre stage dure 6 mois ou plus. Il est important de se sentir bien au bureau, cela participe à la productivité, à la motivation ainsi qu’à votre épanouissement.

  • Les avantages en nature

Le stagiaire peut percevoir des titres restaurant ou bénéficier de repas à la cantine et du remboursement d’une partie des frais de transport.

Un stagiaire aux 35H est rémunéré par l’entreprise d’accueil : 529 euros en novembre 2017 (source). A l’époque, je percevais seulement 392 euros.

  • Les points négatifs

Travailler en open-space, j’ai eu du mal au début même si on s’y habitue par la force des choses. C’est bruyant et il y a peu voire pas du tout d’intimité.

Trop de stagiaires au sein d’une même équipe peut créer une ambiance délétère, sachant que certains veulent se faire embaucher à la fin du stage. L’ambiance entre stagiaires peut vite virer à la petite guéguerre. Parfois, on peut avoir l’impression de travailler plus pour son chef en étant payé une misère.

La rémunération : j’étais payée moins de 500 euros alors que j’étais présente 10h au travail / jour.

  • Mes conseils et mon retour d’expérience

Passer un maximum d’entretiens si vous avez du temps afin de pouvoir choisir le meilleur stage possible. Je me rends compte maintenant que, quelques années plus tard, tous les détails de mon CV sont encore scrutés et décortiqués.

Il est important de laisser une bonne impression en partant et de remercier son tuteur de stage. Par exemple, j’ai toujours fait un pot de départ avant de partir afin de remercier toute l’équipe ainsi que les personnes qui m’ont aidée pendant mon stage.

Il est également bien d’envoyer un mail à tous vos contacts professionnels afin de les remercier et de leur confirmer votre départ.

Il faut penser que 6 mois de stage passent vite mais peuvent aussi être très longs. Il est indispensable de garder une bonne relation avec l’équipe avec laquelle vous travaillez, votre responsable qui sera votre référent.

J’ai eu la chance de me voir confier une petite mission qui m’a amenée à faire un déplacement en Suisse, d’aller dans un studio pour créer une vidéo, d’organiser une conférence pour plus de 100 participants de cette agence venus du monde entier.

Au final, j’ai gagné en maturité. Travailler pour un grand groupe, c’est ne pas compter ses heures, quand on ne vit pas à Paris c’est une galère avec le temps de transport qui se rajoutent à votre journée au travail. Mais, l’expérience que j’ai vécue a été pour le moment l’une des meilleures de ma vie.

Ce n’était pas tout rose tous les jours, mais parler l’anglais et l’espagnol et côtoyer des gens dynamiques et motivants a été ma plus belle récompense d’avoir obtenu ce stage de fin d’études. J’accepterais sans hésiter ce stage de nouveau si on me le proposait.

Et vous, gardez-vous des bons souvenirs de vos stages ?

Vous aimerez peut-être aussi...

11 commentaires

  • Reply Joy | Mangue Poudrée 17 novembre 2017 at 11 h 17 min

    Coucou Emily !

    Quelle bonne idée de donner des conseils aux futurs stagiaire et de e pas oublier de leur préciser la basse rémunération. Quand j’étais stagiaire en fin de M2, je touchais 500 euros par moi pour être présente environ 40 heures par semaine au boulot… Dommage que les stagiaires ne soient pas plus rémunérés au vu de la quantité de travail réalisée ! 🙁

    Bon week-end à toi ,

    Joy

  • Reply The Sexy Chemical Company 17 novembre 2017 at 11 h 27 min

    Les open space… je n’ai passé qu’une journée en open space car je souhaitais y domicilier mon atelier de bougies de massage. Et vraiment, ce fût une expérience négative comme la tienne: manque d’intimité, bruits, etc. Les autres membres étaient sympathiques, mais j’avais besoin d’avoir mon espace.
    Maintenant, les prix sont top quand on est une jeune entreprise et c’est souvent dans des quartiers prestigieux. Pour une entreprise qui organise ses bureaux de la sorte, ça permet de rentabiliser l’espace.

  • Reply Célia 17 novembre 2017 at 13 h 41 min

    Super ton retour d’expérience Emily ! J’aimerais beaucoup, pour l’année prochaine entrer dans une agence de communication. Mais je sais que c’est difficile d’obtenir un entretien, j’avais réussi à en avoir un mais malheureusement ça ne s’était pas concrétisé. J’ai eu quand même l’opportunité de faire deux stages en première et deuxième année dans le cadre de mes études dans le web. Ce qui m’a montré véritablement ce qu’était le monde du travail, et ça c’était super cool. Bon, ok, le premier stage c’était avec des jeunes qui avaient monter leur petite agence web et c’était plus colonie de vacances qu’autre chose. Et puis ensuite je suis venue à Nantes dans un secteur d’activité qui m’était totalement étranger : la comptabilité, pendant 5 mois. Maintenant je suis en alternance aussi dans le secteur financier, même si c’est pas forcément ce que je souhaiterais pour plus tard. Mais j’ai déjà une autre vision de ces activités là, c’est quand même super chouette au niveau de ma culture. Aaha, désolé je raconte beaucoup ma vie, mais je voulais donner ma petite expérience aussi. En tout cas, une agence de com’ me tenterait vraiment !
    En tout cas j’ai adoré lire cet article, je te rejoins sur tout ce que tu as dis 🙂
    Des bisous

  • Reply Estelle 17 novembre 2017 at 16 h 36 min

    Hello !
    J’ai fait par le passé beaucoup de stage dans des rédactions (presse web, TV), en travaillant autant qu’un salarié. Il est regrettable que les entreprises considèrent une rétribution minimale comme la norme (comme dans beaucoup d’autres choses : la prise en charge des titres de transports, par exemple, on se contente du 50% alors qu’on pourrait aller au-delà, surtout quand certaines personnes font 2h30 de transports pour aller au boulot chaque jour. Pas mon cas, mais je parle globalement).

    Et je te rejoins sur l’open-space, j’ai trouvé cela très destabilisant quand j’ai commencé. Avec le recul, je dirais que ça permet néanmoins de s’affirmer, on ose parler “haut” 🙂

    Belle journée,
    Estelle

  • Reply Yannie 17 novembre 2017 at 20 h 06 min

    Hello Emy,
    J’ai fait un certain nombre de stages dans le cadre de ma formation et sincèrement j’en garde de bons souvenirs malgré les heures qu’on ne compte pas. Si on a la chance de trouver une bonne entreprise avec une équipe qui te fait confiance et dispo c’est une belle étape pour clôturer les études.
    Et oui, il est important de connaître ses droits un minimum pour limiter les abus car ça existe aussi.
    Des bisous

  • Reply Manon 17 novembre 2017 at 20 h 55 min

    Ahlalalala les stages… Je suis bien contente de ne plus avoir à en faire haha! En gros comme toi, des tonnes de boulot pour pas grand chose… Une énorme fatigue mais d’un autre côté un gain de compétences immenses. Mais bon, à refaire, j’essaierais également de trouver un autre endroit où faire ces stages! 🙂

  • Reply Natallia Jolliet 17 novembre 2017 at 21 h 10 min

    Coucou Emy!
    Tres interessant ton article! Superbes conseils aux futurs stagiaires!
    Au plaisir de te retrouver sur mon blog ☺
    Bon week-end!
    Natallia

  • Reply Anaïs 17 novembre 2017 at 23 h 46 min

    Et beh dis donc ! Je ne savais pas du tout que ça pouvait se passer comme ça et que la rémunération était si faible ! Il doit y avoir de sacrés abus …

  • Reply Lolli 19 novembre 2017 at 20 h 53 min

    Article très intéressant pour moi je dois faire un stage en 2018 tes conseils sont bons à prendre 🙂

  • Reply AC 21 novembre 2017 at 13 h 18 min

    Moi aussi j’étais payée dans les 300€, à mon époque ! Ca ne me rajeunit pas haha 😀

  • Reply Emmanuelle CM 25 novembre 2017 at 21 h 36 min

    Lors de mes récentes études, je n’ai malheureusement pas eu le luxe de choisir à proprement parlé mon lieu de stage. En effet, malgré de nombreuses candidatures, il est de plus en plus difficile d’obtenir un stage dans certaines filières.
    Je pense aussi qu’un stage est toujours enrichissant même s’il peut parfois s’avérer plus compliqué qu’espéré. De bonnes relations avec le personnel et surtout le tuteur de stage sont essentielles.

  • Laisser un commentaire

    Back to top